Le PhotoBlog de Stéphane Beilliard

{ Un blog photo d'aviation, de paysage, de ville, en panoramique ou en macro, et même de synthèse. Entre Nouvelle-Zélande et Québec, entre le ciel et la terre, un peu d'écologie ne ferait pas mal non plus. Le Blog de Stéphane Beilliard }

recherche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Vu du ciel

Toulouse-Blagnac - De 1946 à nos jours

Avec l'avènement des outils en ligne tels que Google Earth ou Géoportail, il est aisé d'explorer la moindre parcelle de notre Terre depuis le ciel. Certes avec plus ou moins de précision, mais il n'y a plus guerre d'endroits qui n'aient échappés à l'oeil des avions ou des satellites de prise de vues. Caractéristique plus récente, et particulièrement intéressante, offerte par l'Institut Géographique National (l'IGN): la mise à disposition d'images aériennes anciennes. Et ainsi on peut explorer la France dans l'espace et le temps.

Je vous propose ici de nous concentrer dans un premier temps sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac, un des grands berceaux de l'aéronautique civile française. Les prises de vues disponibles vont de 1946 à 2010 (les images courantes). C'est particulièrement impressionnant de constater à quel point la zone aéroportuaire, et tout le tissu urbain ont pu évoluer sur ces 60 ans.

Commençons donc par 1946. Au sortir de la guerre, le terrain de Toulouse-Blagnac consiste en une piste en dur et quelques taxiways, à l'est les établissements des Ateliers Industriels de l'aéronautique et Air France, et au sud les usines reprises par S.N.C.A.S.E. Ces deux derniers ensembles sont marqués de nombreuses traces de bombardements sur les vues aériennes. L'emprise au sol de l'aéroport et des installations est relativement faible, limitée au sud par la route St-Martin-du-Touch - Colomiers (la RN124), à l'est par le Touch et la Garonne, et au nord-est par le Chemin de Lectoure. Tout autour, on notera la très faible emprise des villes comme Colomiers, St-Martin ou Blagnac. L’hôpital Purpan est en dehors de la ville de Toulouse. Tout le reste n'est que champs.

Toulouse-Blagnac en 1946
(image brute et image légendée en cliquant)

Lire la suite

Les Plus Belles Photos de ISS

Depuis maintenant plus de 10 ans, les équipages se succèdent à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS). Avec l'équipage 27 actuellement là-haut, ce sont pratiquement 3800 jours en orbite qui ont été accumulés. La station fait maintenant 370 tonnes, et le volume pressurisé est équivalent à la cabine d'un 747. Avec Destiny, Columbus et Kibo, ce sont trois modules-laboratoires (US, européen et japonais) qui permettent de réaliser des expériences tout autant de biologie ou de cristallographie par exemple. Et c'est également un unique observatoire de la Terre, les équipages consacrant du temps, prévu à leur planning, à la prise de photo depuis les hublots de la Station.

Petite sélection personnelle des quelques magnifiques clichés, à voir dans la suite.


Lire la suite

Vol en glacier - Suite et fin

Les dernières photos de la série "Vol en glacier", après un premier billet, et un second





Vol en glacier - Suite

Suite au premier billet sur mon vol en glacier, voici une petite série de photos des Alpes enneigées... C'est de saison!





Puycelci, Tarn, France

Après la démesure new-yorkaise, un peu de calme rural en France, avec cette vue de Puycelci, entre Montauban et Albi...


Vol au-dessus des Pyrénées

Une très bonne recette, en voici les ingrédients : un bon ami, pilote de surcroit. Un avion libre, si possible avec quelques chevaux. Un aérodrome de la région toulousaine. Une superbe météo d'hiver, pas trop chaude ni trop froide. Une région splendide avec un peu de neige, une chaine de montagne assez peu peuplée. Un appareil photo, un objectif qui va bien, un verrière pas trop sale... Et vous avez tout ce qu'il faut pour passer deux heures de plaisir à 8000ft...



Merci Vincent! :o)

Highlight de la semaine

Un tour en avion, et pas n'importe lequel (bien que ça ne se voit pas!) puisque c'était un Bücker Jungmann, au-dessus de la campagne haute-garonnaise, le long de la Garonne justement...

Dans le ciel des Alpilles...

Il fait un froid de canard. Non que le fond de l'air soit frais, mais ce vent pénétrant et véloce annule les effets réchauffants du soleil d'octobre, heureusement omniprésent dans ce ciel dégagé.

Nous retrouvons notre hôte sur le terrain sec et caillouteux d'Eyguières. Il fait froid dehors, mais il fait dès lors chaud dans les coeurs. Et il fait chaud également quand on s'installe à bord du planeur, protégé du mistral par la verrière.

Le Rallye est devant nous. La corde est tendue. Les gaz sont poussés, on s'élance, on décolle. Quelques minutes d'une ascension un chouia agitée, dans les remous de l'air derrière le massif, puis on largue. Silence. Juste le bruit de l'aération devant. Avec le vent du jour, le vol de pente au-dessus des Alpilles semble aisé. On monte à 1000m. Le spectacle est à 360°. Nimes, Beaucaire, Tarascon, Avignon, Carpentras, le Ventoux, Cavaillon, Salon, La Camargue... Dessous, St-Rémy. A droite ou à gauche, d'autres aspirants aspirés vers le haut en 'K-13 ou Pégase. Ca virevolte. Du manche, du pied, l'horizon, le fil de laine, pas évident de tout coordonner pour moi qui n'ai pas eu la "chance" de passer les tests de l'armée. Mais tout est lisse, de la peau de notre oiseau à la trajectoire. Malgré la précipitation de la masse d'air vers le sud, là-haut c'est calme. On note simplement le déplacement en crabe par rapport au sol et à l'arête rocheuse qui dessine l'arc sous nos pieds.

Il est temps de rentrer. On est assez haut pour se permettre quelques évolutions un peu plus péchues, l'occasion pour moi de ressentir une paire de G ou un peu plus, et de mesurer le poids d'un appareil photo en mains dans ces conditions. Ca dure évidemment pas assez longtemps, il faut se poser, non sans s'être autorisé un passage rapide qui fait entendre l'écoulement de l'air et durcir les commandes. Tour de piste. Touché. Et tout un ensemble de neurones ayant enregistré tout ça dans la case "vol planeur", mots clés "trop bon", "bonheur", "planant", "spirale", "énorme", "grosse marade", "pilotage", "paysage", "merci"...



Faucheurs de marguerites, part II



PS : Part I, Part II, Part III, Part IV

Highlight de la semaine

Le Highlight de la semaine me ramène un an et demi en arrière. En cet été 2005, je pars pour un petit vol local avec mon père (le pilote du Pa28) et mon frangin. En préparant rapidement le vol, on se dit qu'on se ferait bien une petite boucle sur le Vercors : Combe Laval, La Chapelle-en-Vercors, Le Mont Aiguille, la Vallée de la Drôme. Mon père se régale, et moi aussi avec quelques photos mémorables du magnifique massif du Vercors...

Ici c'est le Mont Aiguille qui nous intéresse. Sachez qu'un homme s'y est posé, en 1957. C'était Henri Giraud, en Piper Cub. Sur le sommet. En pente, en dévers. Fallait être fada!