Le PhotoBlog de Stéphane Beilliard

{ Un blog photo d'aviation, de paysage, de ville, en panoramique ou en macro, et même de synthèse. Entre Nouvelle-Zélande et Québec, entre le ciel et la terre, un peu d'écologie ne ferait pas mal non plus. Le Blog de Stéphane Beilliard }

recherche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Bagnoles

Réflexions automobiles

Je me suis amusé aujourd'hui, le temps d'un petit quart d'heure, à faire quelques observations. Du coté de St-Martin-du-Touch, tout près du Bureau d'Etudes d'Airbus et du siège, je regardais passer les voitures. Le temps était magnifique, l'air juste à la bonne fraicheur. Les gens sortaient du boulot, le coeur léger à l'approche d'un weekend qui s'annonce ensoleillé. A Toulouse, c'est la promesse de belles terrasses bondées et de samedi shopping et de dimanche jardinage, de tonte de gazon et de découvrage de piscine. Le début de la belle vie quoi.

Tous ces gens, et on peut le dire parfois moi le premier, insouciants de tout ce que ce cirque peut signifier. Car alors que je regardais les voitures passer et les avions voler, je n'ai pu m'empêcher de remarquer une chose. La plupart des voitures sont pratiquement vides. Forcément il y a un conducteur, ou une conductrice, mais donc la plupart du temps il ou elle est seul(e). Une, deux, dix, cinquante véhicules passent ainsi, ne transportant qu'une seule personne.

Un crayon, un bout de papier et me voilà faisant des mesures. Tel un gamin au balcon comptant le nombre de voitures rouges, ou de Peugeot qui passent dans la rue (comme j'ai pu le faire étant jeune, avant l'invention de ces sataniques jeux vidéos! ;o)), je me retrouve comptant les voitures mono-occupant et les multi-occupants, les monospaces et les véhicules de petit et moyen segment, les berlines. Un échantillonnage de la circulation de plus en plus importante au fil des années sur cette petite route bordant la voie rapide. 

Les résultats, dans la suite, sont assez intéressants... ;o)

Lire la suite

L'été américain : la peur du pétrole?

Un sujet récurrent des info américaines ces temps-ci, c'est la flambée du cours du pétrole, avec ses conséquences sur le porte-monnaie des automobilistes US. Et là, on touche à quelque chose de sacré pour les américains. Dans un pays qui ne conçoit la consommation que comme un art de vivre, voire une obligation, être obligé de restreindre cette consommation pour des raisons extérieures aux USA mêmes, c'est impensable. Et en tout cas ça fait mal sous la ceinture.

On le sais bien, et j'en ai déjà parlé, les véhicules personnels sont ici énormes et de notoriété publique, plus que gloutons. Le V8 est le moteur par excellence, les cylindrées de 4, 6 ou 8L pratiquement monnaie courante. Le Hummer, de General Motors, est une "invention" américaine, et sa consommation "raisonnable" de presque 16L aux 100km, de l'aveu même de son constructeur. Je viens de faire le calcul pour ma voiture de location, une "compact" tri-corps, et on arrive, alors que je conduis plus que raisonnablement ici, à un chiffre de 10L/100km. Des publicités télé vantent ce genre de consommation comme étant dans la fourchette basse, et une conso de 8L/100km est un argument de vente d'aujourd'hui.

Lire la suite

The American Summer : voiture, voiture,

Une chose est sure au moins, c’est qu'en France, la voiture, c’est toute une histoire. Tout est plus petit, mais quand je dis petit, c’est petit. Hier matin, une smart se gare à coté de ma voiture, ses roues ressemblaient à celle d'un scooter ! En fait, on peut la garer à la perpendiculaire du trottoir ! Incroyable.

La « berline compact » est d’un commun. Pratiquement aucun SUV. C’est toujours assez impressionnant. Je parlerai bien de la Renault Twingo, de la Smart, il y a les Peugeot 207 aussi, ou les Clio. Toujours avec un bruit de jouet qui manque un peu de virilité. Les Renault de toutes les générations, mais aussi les nouvelles réincarnations des Fiat 500 aux jantes ridicules, des 4L se rencontrent dans la rue sans même que ça ne surprenne personne. Voir rouler et pétarader une 2cv genre 1973 en vrai, là à quelques mètres, c’est toujours bizarre.

Lire la suite

L'été américain : Cars, cars, cars!

Une chose est sure au moins, c’est qu’aux US, la voiture, c’est toute une histoire. Tout est plus grand, mais quand je dis grand, c’est grand. Hier matin, un pick-up se gare à coté de ma voiture, ses roues arrivaient au niveau de mon toit ! J’avais la calandre à hauteur de pare-brise ! Incroyable.

Le « sport-utility vehicle », alias le pick-up, est d’un commun. C’est toujours assez impressionnant. J’ai déjà parlé du Dodge Ram, il y a des Chevrolet aussi, ou Ford. Toujours avec un bruit de V8 qui marque bien son territoire. Les Corvette de toutes les générations, mais aussi les nouvelles réincarnations des Chrysler 300C aux jantes démesurées et chromées, des Ford Shelby GT Mustang se rencontrent dans la rue sans même que ça ne surprenne personne. Voir rouler et vrombir une Corvette genre 1973 en vrai, là à quelques mètres, c’est toujours sympa.

Lire la suite

L'été américain : Size Does Matter*

On n'écrit pas "usa". On écrit "USA". La taille des caractères marque combien tout peut être plus grand ici, aux Etats-Unis d'Amérique. Impressions...

Notre beau pays, la France, même si on veut nous faire croire qu'il est en train de partir en brioche sous les coups répétés du gouvernement-qu'il-est-trop-méchant ou du pétrole-qu'il-est-trop-cher ou du pouvoir-d'achat-qu'il-est-tout-fondu, notre beau pays donc est un vieux pays, construit au fil des siècles et des millénaires même. Les villes et leur architecture sont de bons indicateurs de l'histoire. Et de l'esprit européen, forgé par un territoire fini et une population dense. Tout est donc petit, concentré, exigu, étroit... bref, à taille humaine ou presque.

Aux USA, c'est tout de suite bien différent. Peut-etre tout cela vient-il du simple fait que, les immigrants arrivants sur une terre toute prete à les accueillir (après une bonne dose de "nettoyage ethnique" il faut bien dire) et presque infinie, ils n'ont pas eu vraiment à se soucier de restreindre leur emprise spatiale sur ce monde nouveau. Là, le voisin était facilement assez loin, la parcelle grande, et les maisons idem. Sans compter sur l'appetit finalement récent des américains pour le tape-à-l'oeil, le spectaculaire, le grandiloquent (je n'ai pas dit le grandiose).

Lire la suite

Ferrari

Il y a quelque temps déjà, une enveloppe arrive à la maison. A l'intérieur se trouvait une invitation à vivre, le temps de quelques kilomètres et quelques minutes, derrière le volant d'une Porsche ou d'une Ferrari. Un bien joli cadeau que voilà! Le temps de prendre contact avec l'organisme proposant cette prestation, de voir que finalement le circuit de Pau n'est pas disponible, mais qu'en contrepartie celui de Nogaro l'est, de prendre rendez-vous pour le 11 mai, tout ça prend tournure.

Et donc, ce 11 mai au matin, sur les routes du Gers, par un superbe ciel bleu (ouf!), je me retrouve en train de me diriger vers ma première expérience Ferrari. Sur le circuit fredonnent déjà,à mon arrivée, quelques bonnes musiques italiennes et allemandes. Les sonorités typiques flottent dans l'atmosphère tiède. Miam!

Oh mon bolide n'est pas un de ces monstres modernes qui avalent le bitume gersois du jour, alias les F430, F360 Modena ou Porsche GT3. Non, moi c'est "vintage", avec une belle F328 GTS, la tête à l'air ou presque, un peu dans le style Magnum (pour lui c'était une 308). Après un briefing vidéo nous expliquant, à nous le groupe d'une vingtaine de "veinards", comment ne pas se mettre en vrac, en tête-à-queue, comment bien tenir son volant et s'installer, etc... on nous appelle un à un pour prendre place chacun dans la voiture qu'il a "loué", aux cotés d'un instructeur. Celui-ci nous donne encore quelques précisions simples, je vérifie avec lui que la boite de vitesse de ma 328 est bien virile, avec une première s'enclenchant levier de vitesse en bas à gauche (et non en haut à gauche comme partout), que l'embrayage est un peu dur, tout comme la direction non assistée, et me voilà, les mains encadrant un volant au centre duquel trone un petit cheval noir, cabré, sur fond jaune. Héhéhé!

On a surtout peur de mal faire. Ce qui bride un peu l'éventuelle fougue qu'on pouvait avoir à enfoncer comme un damné la pédale de droite. Mais dès lors que le dernier virage avant la ligne droite est effacé, et qu'on a la bénédiction de l'instructeur, là oui, le petit cheval noir, cabré, sur fond jaune appelle ses 270 camarades installés à l'arrière. Malgré tout, on est déjà concentré sur le freinage du bout, ce qui atténue un peu la sensation. Freinage, donc, virage, on a rattrapé des petits copains, et on part pour un deuxième et dernier tour, celui-là un peu mieux maitrisé (le style de la conduite s'appréhende), et décidément trop court.

Car oui, l'impression qui reste à ce moment, alors que l'instructeur nous indique la voie des stands, c'est que c'est cruellement trop court. C'est évidemment la formule qui veut ça : une découverte, ça doit donner envie de revenir! Et ça marche, on n'a qu'une seule envie, là, c'est repartir! Mais il faut laisser la place aux suivants et regagner le monde des spectateurs, alors que pour un temps, on a fait partie des acteurs...













Merci à Sev & Phil, et à Céline!

Audi et le diesel.

La société allemande Audi a investi beaucoup beaucoup d'argent dans le moteur diesel, au point d'en faire un moteur capable de gagner une course d'endurance symbolique, les 24h du Mans. Si on avait simplement émit l'idée il y a dix ans, pour sûr ça aurait été le déclenchement d'un fou rire général des interlocuteurs. Et pourtant... Du coup, Audi communique dessus. Deux spots, pas vraiment récents certes, mais bien faits...



Droit dans le mur?

L'autre soir je regardais un doc sur Arte. Ca parlait du problème qui nous vient droit dans la face, à savoir la pénurie de pétrole, et donc de carburant. Le reportage était axé voiture, et donc forcément ça parle à tout le monde. On y disait notamment que l'automobile était aujourd'hui le plus gros consommateur de carburant fossile, et que ça n'allait pas s'arranger. En effet, autant dans nos pays occidentaux,l'usage de la bagnole est bien ancré mais aussi de plus en plus décrié, dans les pays dits émergeants comme la Chine ou l'Inde, c'en est seulement au début. Certaines prévisions estiment que rien que le parc automobile chinois pourrait, d'ici 2050, constituer 500 millions de véhicules, ce qui est aujourd'hui ce qu'on peut trouver sur l'ensemble de la planète!! En Inde, c'est kif-kif...

On voit bien, dès lors, où réside le problème, ou plutot les problèmes. Déjà en Chine, la pollution est catastrophique dans certaines grandes villes. On imagine ce que ça donnerait dans dix ans. La pollution de l'air est donc le premier problème. La raréfaction, et donc le prix du pétrole est le second. Avec une Chine et une Inde glouttones, et l'ensemble du monde occidental continuant à bruler l'or noir au taux d'aujourd'hui, et sans possibilités d'étendre les capacités de forages "à bas prix" inconsidérément, le tarif du litre d'essence va s'envoler. Ca touchera donc non seulement nos caisses, mais évidemment le transport aérien, l'énergie de chauffage...

Lire la suite

Aerorétromobile

C'est ce weekend qu'est organisé "Aérorétromobile" sur le terrain du centre de vol à voile de la Montagne Noire.
Il y a deux ans j'y avais trainé mon appareil photo. Quelques belles et vieilles mécaniques étaient ainsi exposées, alliant automobile et aviation, notamment par la présentation de plusieurs modèles de planeurs ancestraux.



Classic, suite...


- page 1 de 2