Le PhotoBlog de Stéphane Beilliard

{ Un blog photo d'aviation, de paysage, de ville, en panoramique ou en macro, et même de synthèse. Entre Nouvelle-Zélande et Québec, entre le ciel et la terre, un peu d'écologie ne ferait pas mal non plus. Le Blog de Stéphane Beilliard }

recherche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Cinoche

For Humans Only

La S-F et le fantastique semble avoir le vent en poupe à Hollywood (ou du moins dans l'industrie cinématographique occidentale). Si je prends simplement 2009 jusqu'à maintenant, on a eu droit à Twilight, Underworld 3, Watchmen, X-Men Wolverine, Star Trek... et approchent de gros morceaux comme le nouveau Terminator, avec Christian "Batman" Bale (vous vous rappelez, c'est le gamin accro au P-51 Mustang, "la Cadillac du ciel", dans "L'Empire du Soleil" de Spielberg), Transformers 2, le nouvel Harry Potter, 2012... Il y a forcément des bons, et des moins bons. Comme dans tous les genres, on dira.

Et dans tout ça, y a un film d'un presqu'inconnu qui se fait un p'tit bonhomme de chemin notamment sur le net par une campagne de promo virale. La bande-annonce de ce film vient de sortir. Et ça s'appelle District 9. Alors, ça intrigue. C'est filmé, en tout cas pour la bande-annonce, comme un doc. On apprendra que le producteur est un p'tit qui débute qui se nomme Peter Jackson. A la réalisation on trouve Neill Bloomkamp qui lui débute vraiment au ciné. Apparemment, il voulait précédemment adapter l'univers du jeu vidéo Halo mais le projet semble avoir capoté. Bah, le voilà donc aux commandes d'un film qu'on espère à la hauteur des attentes ou surprenant.

Pour le moment, on en sait pas grand chose, mais y a de quoi apprendre en furetant sur les différents sites viraux. On notera simplement qu'un vaisseau spatial extra-terrestre est arrivé sur Terre y a des années, qu'il a été confisqué par une organisation terrienne du nom de MNU, pour Multi-National United, et qu'il s'est instauré une sorte de sale climat entre les aliens et les humains à Johannesbourg. Ca pue l'exploitation capitalistico-véreuse par la MNU, à la limite d'un climat bourrage de crane 1984 mais bon, on verra bien.

En attendant, voir la bande-annonce directement sur le site : D-9.com

PS : et pour ne rien gâcher, comme une garantie de bon gout, la bande annonce utilise un extrait de la magnifique BO de Solaris, de Soderbergh

Putain, 10 ans!

Vous voulez prendre un coup de vieux? Alors dites-vous que la semaine dernière, le 31 mars plus exactement, on a pu feter les 10 ans de la sortie US de Matrix...

Aie aie aie, ça fait mal! Un film-culte pour toute une génération, probablement quelque chose de comparable à ce qu'a pu être Star Wars dans les années 80 et 90. Une autre belle trilogie, avec ses passages un peu fumeux faut bien le dire, des mélanges de philosophies plus ou moins bien réussis, mais des scènes d'actions monumentales, un travail artistique des graphismes, dessinateurs, décorateurs, costumières, animateurs, ingés du son, etc... au top. On en retiendra ainsi une claque visuelle, incarnée par le célèbre et mainte fois copié "Bullet Time". Et que dire de l'émulation créée autour de l'oeuvre des frères Wachowski, principalement avec les films d'animations compilés dans le DVD "Animatrix", très différents les uns des autres, avec des styles marqués et marquants, mais toujours maitrisés. Et surtout un autre regard sur l'univers de la Matrice! Allez, on se fait un p'tit coup du "Lobby" ;o)


L'été américain : Pixar

Je critique, je critique, mais au final, je suis pas le seul! Je suis allé récemment voir WALL-E, le dernier film des Studios Pixar. Un film d'animation 3D racontant l'histoire d'un petit robot compacteur de déchets, dernier "habitant" d'une planète Terre abandonnée par les hommes car ils croulaient sous les ordures en tous genres et la pollution. Ce petit robot nommé donc WALL-E (prononcer ouu-oooh-liii) voit son existence, après 700 ans de labeur, perturbée si on peut dire par l'arrivée d'un robot-sonde assez joliment profilé, nommé EVE. Alors qu'il n'était pas programmé pour cela au départ, le voilà qu'il tombe amoureux de cette "robote" à la iMac et qu'il déploie ses talents parfois maladroits de séducteur. Et ça porte ses fruits petit à petit, EVE s'attendrissant un peu pendant sa mission de recherche de vie organique sur Terre.

Là, ce n'est que le début, l'histoire se déroule ensuite au-delà même de l'atmosphère grise, jaune et poussiéreuse d'une planète ravagée, d'une ceinture de débris spatiaux tout aussi révélateurs d'une pollution omniprésente, dans les étoiles, à la rencontre des humains exilés dans leur vaisseau de croisière, lequel répondant instantanément à leurs moindres besoins, qu'ils soient de nourriture, de mode, de déplacement, etc... Après 700 ans d'un tel traitement, les derniers humains ne sont plus que de très proches cousins des lamantins, gros, aux membres atrophiés, enfermés dans le monde virtuel de la communication en réseau, sous la domination de la société de consommation qu'ils ont emporté avec eux dans l'espace.

Lire la suite

page 2 de 2 -