Le PhotoBlog de Stéphane Beilliard

{ Un blog photo d'aviation, de paysage, de ville, en panoramique ou en macro, et même de synthèse. Entre Nouvelle-Zélande et Québec, entre le ciel et la terre, un peu d'écologie ne ferait pas mal non plus. Le Blog de Stéphane Beilliard }

recherche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Blabla

5 trucs plutôt bien à Shanghai

Shanghai c'est plus de 13 millions d'habitants, donc plein de chinois, mais plein partout. Dans les rues, dans les trains, dans les avions, le métro, les magasins, les ascenseurs... Partout. Et ils s'entassent là. Et dans le tumulte de la ville s'étendant jusqu'à l'horizon (qu'on voit pas souvent en plus), on peut se sentir étouffer. Malgré tout, il y a des choses sympa dans cette ville. En voici donc cinq, qui ne constituent que mon avis...

Lire la suite

Satoshi Kon

Le film d'animation lui doit beaucoup, notamment dès qu'il s'agit de démontrer que ce genre de film s'adresse aussi aux adultes, n'en déplaise aux Disney. Le réalisateur japonais Satoshi Kon vient de décéder (cancer) à seulement 46 ans.

Pas forcément très connu dans nos contrées bercées aux Cendrillons et aux Toy Story. Mais pour un peu qu'on s'intéresse à l'animation adulte, Satoshi Kon est là, dans le paysage, aux cotés des Mamoru Oshii, Katsuhiro Otomo ou Hayao Miyazaki (oui oui même ses films à lui, sous l'apparence tranquille de films destinés à un public jeune, ont une lecture adulte). Son premier film, et le premier d'ailleurs que j'ai vu de Kon, Perfect Blue est tout simplement impressionnant de maitrise narrative, traduisant là un don certain pour la réalisation de films marquants. J'ai souvent l'habitude, en parlant de ce réalisateur à quelqu'un qui ne le connait pas, de le comparer à David Lynch, format animation.

Au final, ses films pourraient aujourd'hui très bien se faire en "live", en réel, mais Satoshi Kon semble avoir adopter le langage du dessin et en use avec virtuosité, à tel point qu'on oublie rapidement la forme pour être totalement plongé dans l'histoire, le trouble, le rêve, l'aventure qu'il nous conte. Millénium Actress, dans la lignée de Perfect Blue confirme l'intérêt qu'on peut porter à ce que réalisait ce japonais inspiré, tout comme Tokyo Godfathers ou récemment Paprika.

Sa disparition pourra peut-être être l'occasion pour certains de découvrir ses films, ce que je conseille finalement.

Les Canyons

Après l'Islande, allons voir s'il n'y aurait pas de beaux paysages un peu plus à l'ouest. Une superbe vidéo que je dédicace à Robin, l'américain! ;o)
Les passages éclairés par la Lune sont bluffants...


Drogué au pétrole

John Stewart n'a pas son pareil pour mettre le doigt là où ça fait mal dans son propre pays. Un pays qu'il montre drogué au pétrole. Comme un fumeur qui veut arreter, les USA veulent se libérer de la dépendance au pétrole depuis... huit présidents!

The Daily Show With Jon StewartMon - Thurs 11p / 10c
An Energy-Independent Future
www.thedailyshow.com
Daily Show Full EpisodesPolitical HumorTea Party

Comme quoi, chuis pas rancunier!

C'est vrai quoi. Après m'avoir fait un peu ch*** avec son volcan au nom imprononçable à mon retour de NZ, fallait pas trop me parler de l'Islande. Mais bon, faut avouer que ça a l'air sacrément joli. Déjà Luc m'avait mis l'eau à la bouche avec ses photos (l'enf***) et là, ben ça donne envie! ;o)
Bon, même si la danse c'est pas mon truc, hein...

Inspired by Iceland Video from Inspired By Iceland on Vimeo.


Futurologie



Nous voilà en 2010. Soit dix ans après l'épisode pathético-comique du passage à l'an 2000, et du fameux bug associé, qui devait nous plonger dans la chaos le plus total. Cela faisait probablement partie de l'hystérie millénariste collective liée au changement de millénaire, sinon réel du moins en chiffres. Car quand on parlait de l'an 2000 au XXème siècle, ça avait toujours une connotation futuriste associée à une idée de rupture. Changement de siècle, changement d'époque, changement de vie. Dès le début des années 1900, l'anticipation nous projetait dans un monde de technologie, de vie moderne et facile, de bonheur, avec voitures volantes et fusées lunaires. La science-fiction nous emportait toujours plus haut, plus vite et plus loin. L'an 2000, l'horizon du futur réjouissant.

Quelque part, la fin du XXème siècle nous a apporté tout ça. Les voitures volantes existent, certes peut-être pas sous la forme qu'on nous avait vendu, mais certains prototypes existent, et on peut presque considérer les avions de tourismes, les ULM comme l'incarnation de ces fantasmes de mobilité accessible. Le roman futuriste de Jules Verne "De la Terre à la Lune" s'est vu concrétiser quelque cent ans après sa parution, l'occasion en cette fin de décennie 1960 de plonger le monde dans un état inédit de communion, des milliards de paires d'yeux lever vers le ciel (et accessoirement rivés sur un écran de télévision) pour célébrer le premier pas de l'Homme sur la Lune. Les trains rapides, les avions supersoniques, les robots, les machines déchargeant l'Homme des taches les plus rudes, que ce soit à l'usine ou à la maison, tout un ensemble de progrès techniques et technologiques qui nous avait été promis pour 2000. Nous devions voler, vivre en harmonie, dans des maisons sous-marines, ou dans des colonies sur la Lune. L'an 2000 était l'utopie inscrite sur l'agenda.

Lire la suite

Voyage en plastique

Ce qu'il restera de notre civilisation, dans 500 ans, dans 1000 ans, dans 5000 ans, c'est une sorte de sable. Un sable multicolore, qui n'a rien de naturel. Un sable de plastique. Ce matériau né avec le pétrole se retrouve aujourd'hui partout sur Terre. Bien sur sous les doigts qui écrivent ce texte, dans la bouteille d'eau que vous avez sur votre table, dans l'appareil que vous avez contre votre oreille. Mais aussi, et peut-être surtout maintenant, dans la nature. Des capsules de bouteille, des fragments de sacs, des lambeaux de brosse à dents. Le sable, le vrai, le minéral, en est infesté. Tout comme la roche est érodée et se transforme en grains de plus en plus fins, les plastiques se fragmentent sous l'action mécanique et physique des vagues, du vent et du soleil. Et comme le rapporte Alan Weisman dans son livre "Homo Disparitus" ("The World Without Us" en anglais), "le moindre bout de plastique produit dans le monde ces cinquantes dernieres années existe encore. Il se trouve quelque part dans l'environnement" (p.162). Et il indique qu'en 1998, Charles Moore effectua un échantillonnage dans le Grand Tourbillon du Pacifique Nord (entre Hawaii, le Japon, la Russie, l'Alaska, le Canada et les Etats-Unis) qui montra que la masse des débris de plastique, parfois non-visibles, à la surface de l'océan était six fois supérieure à celle du plancton...


Sur une plage, en hiver, sous nos cieux, vous êtes certain de trouver un morceau de plastique. Qui n'est jamais tombé sur un briquet, une capsule, un coton-tige? Si c'est le cas en Europe, en Corée ou en Californie, il ne faut pas perdre de vue que par le biais des courants marins, ça l'est aussi de l'autre coté du monde, dans un coin perdu comme Midway, en plein milieu du Pacifique. Là-bas, Chris Jordan y a photographié, stupéfait, des restes d'oiseaux. Des oiseaux dont on se demande si leur squelette n'était pas de plastique justement. Le contenu de leur estomac peut être un bon indice de ce qu'est la réalité de cette omniprésence du plastique...

Un travail photographique pas forcément ragoutant, mais à voir donc sur le site de Chris Jordan >
Chris Jordan Photography

Reinstallez l'application

Un travail plein d'humour et d'idées... Qui fait surtout réfléchir...

L'élevage à l'heure des biotechnologies...


La question OGM


Certains se souviennent peut-être du documentaire-choc "Le Monde Selon Monsanto" qui était passé l'année dernière sur Arte. Une plongée dans le schéma stratégique de la multinationale d'agro-alimentaire américaine qui faisait froid dans le dos. La société est implantée partout dans le monde, et possède un siège européen sur le vieux continent. Ceci n'a pas fait beaucoup de vagues, et pour cause, Monsanto s'est fait discrète sur ce coup. Mais où est donc ce siège, vous me direz? Sacrée coïncidence, puisque c'est à ... Morges! La petite ville suisse, voisine de Lausanne, si charmante (voir billet précédent)...

Sachez donc que pour faire connaitre cet état de fait, le dénoncer et dénoncer les agissements de cette entreprise, une manifestation est organisée samedi 3 octobre à Morges. Si vous êtes dans le coin, joignez-vous à eux...

Un simple jour...

Peace One Day. Ou comment un gars s'est démené pendant des mois et des mois pour qu'un jour par an, sur les 365, soit consacré à la paix. Ce jour, c'est le 21 septembre.


- page 2 de 5 -