Le PhotoBlog de Stéphane Beilliard

{ Un blog photo d'aviation, de paysage, de ville, en panoramique ou en macro, et même de synthèse. Entre Nouvelle-Zélande et Québec, entre le ciel et la terre, un peu d'écologie ne ferait pas mal non plus. Le Blog de Stéphane Beilliard }

recherche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mai 2008

Orange 2008

Premier Meeting National de l'Air de l'année. Un meeting donc organisé par l'Armée de l'Air française, sur le base d'Orange, dans le sud de la France. L'occasion, après un échauffement plus que sympathique à Biscarrosse, de retrouver les odeurs, les géométries et les bruits des tarmacs encombrés de machines volantes petites et grosses, jeunes et vieilles. Et près de ces machines, leurs pilotes et passagers. Une occasion donc de les retrouver eux aussi, après quelques mois d'interruption hivernale, avec un plaisir renouvelé.

Le samedi vit les parkings, les machines et les photographes prendre une sacrée douche. Le ciel pourtant si souvent bleu de la base d'Orange s'est chargé de gris et d'eau. Peu de lumière donc, mais du coup des peaux de métal constellées d'éclats liquides qui sont autant de rendez-vous avec l'objectif d'un appareil photo. La fin de la journée s'est toutefois améliorée niveau météo, ce qui nous permis de voir quelques demos au sec -relatif- en très bonne compagnie. "Greg" supervise les évolutions du probable dernier "Tator" sur Mirage 2000, les Breitlings s'envolent pour rejoindre le maître installé dans sa monture montilienne, le biplan jaune aux ordres d'un Jacques s'offre toujours en généreux passages photogéniques...

Dimanche, le ciel bleu est de retour, le soleil s'impose. Les démonstrations s'enchainent normalement et devant des milliers de paires d'yeux remplissent l'écran bleu. Au coeur du tarmac, on profite de la présence des Alain, Ramon, Didier, Marie, Greg, Jean-Luc, Pascal, Françoise, Flo, Baptiste etc... Ca fait du bien de retrouver les tôles rivetées et les yeux rieurs, de partager des verres à un bar d'escadrille traversé par tout un tas de pointures du manche à balai, de pouvoir enregistrer quelques moments ou quelques angles de vue, de pouvoir franchir un pas, un gouffre, un mur qu'on croyait infranchissable pour aborder une autre pointure, de la photo d'aviation cette fois-ci.

Tout cela agrémenté de repas amicaux et décontractés, d'une soirée d'hommage à des présentateurs de Mirage 2000, de coupes de champagne qui font pétiller les yeux...
Un premier meeting de la saison 2008 contrasté par une météo joueuse mais organisé dignement, une première étape dans une nouvelle année, une première marche vers des retrouvailles réconfortantes...









Merci à Alain & Jean-Luc. A l'équipe de Spot'Air et Pics-Aeronefs et Jet
Coucou à Ramon, Greg, Yann, Pascal, Didier ... ;o)

Ferrari

Il y a quelque temps déjà, une enveloppe arrive à la maison. A l'intérieur se trouvait une invitation à vivre, le temps de quelques kilomètres et quelques minutes, derrière le volant d'une Porsche ou d'une Ferrari. Un bien joli cadeau que voilà! Le temps de prendre contact avec l'organisme proposant cette prestation, de voir que finalement le circuit de Pau n'est pas disponible, mais qu'en contrepartie celui de Nogaro l'est, de prendre rendez-vous pour le 11 mai, tout ça prend tournure.

Et donc, ce 11 mai au matin, sur les routes du Gers, par un superbe ciel bleu (ouf!), je me retrouve en train de me diriger vers ma première expérience Ferrari. Sur le circuit fredonnent déjà,à mon arrivée, quelques bonnes musiques italiennes et allemandes. Les sonorités typiques flottent dans l'atmosphère tiède. Miam!

Oh mon bolide n'est pas un de ces monstres modernes qui avalent le bitume gersois du jour, alias les F430, F360 Modena ou Porsche GT3. Non, moi c'est "vintage", avec une belle F328 GTS, la tête à l'air ou presque, un peu dans le style Magnum (pour lui c'était une 308). Après un briefing vidéo nous expliquant, à nous le groupe d'une vingtaine de "veinards", comment ne pas se mettre en vrac, en tête-à-queue, comment bien tenir son volant et s'installer, etc... on nous appelle un à un pour prendre place chacun dans la voiture qu'il a "loué", aux cotés d'un instructeur. Celui-ci nous donne encore quelques précisions simples, je vérifie avec lui que la boite de vitesse de ma 328 est bien virile, avec une première s'enclenchant levier de vitesse en bas à gauche (et non en haut à gauche comme partout), que l'embrayage est un peu dur, tout comme la direction non assistée, et me voilà, les mains encadrant un volant au centre duquel trone un petit cheval noir, cabré, sur fond jaune. Héhéhé!

On a surtout peur de mal faire. Ce qui bride un peu l'éventuelle fougue qu'on pouvait avoir à enfoncer comme un damné la pédale de droite. Mais dès lors que le dernier virage avant la ligne droite est effacé, et qu'on a la bénédiction de l'instructeur, là oui, le petit cheval noir, cabré, sur fond jaune appelle ses 270 camarades installés à l'arrière. Malgré tout, on est déjà concentré sur le freinage du bout, ce qui atténue un peu la sensation. Freinage, donc, virage, on a rattrapé des petits copains, et on part pour un deuxième et dernier tour, celui-là un peu mieux maitrisé (le style de la conduite s'appréhende), et décidément trop court.

Car oui, l'impression qui reste à ce moment, alors que l'instructeur nous indique la voie des stands, c'est que c'est cruellement trop court. C'est évidemment la formule qui veut ça : une découverte, ça doit donner envie de revenir! Et ça marche, on n'a qu'une seule envie, là, c'est repartir! Mais il faut laisser la place aux suivants et regagner le monde des spectateurs, alors que pour un temps, on a fait partie des acteurs...













Merci à Sev & Phil, et à Céline!

Biscarrosse 2008, suite...

En attendant l'intégrale des photos...





Merci à Robin.
Coucou à Christian, Pierre, Max & co, Fredo...

A voir aussi : Biscarrosse Part I

Biscarrosse 2008

Tous les deux ans, dans les Landes, sur une terre, ou plutôt une eau ayant connu une page de l'Histoire de l'Aviation, se tient un rassemblement d'hydravions. Le rassemblement d'hydravions de Biscarrosse. Cette année, douzième édition. Ce n'est pas vraiment un meeting, bien que les démonstrations en vol n'en soient pas absentes. Une grande partie de la journée est consacrée aux baptèmes de l'air, accessibles au plus grand nombre moyennant quelques dizaines d'euros.

Sur l'étendue d'eau calme du Lac de Biscarrosse, aussi appelé Lac Latécoère, du nom de l'avionneur qui fournit les montures mécaniques des Mermoz et autres St-Ex lors de l'épopée Aéropostale, l'avionneur père d'hydravions plus ou moins célèbres, s'est un jour envolé le majuestueux et monumental Laté 631. Le musée consacré à ces heures de l'Aviation se trouve à quelques mètres de la berge de ce lac, mais pour ce qui nous intéresse ici, point de Laté malheureusement sur les flots. A la place, des hydravions petits et gros, d'ici et d'ailleurs. De l'ULM pendulaire au Dornier Do24ATT, ce sont des italiens, des britanniques, des allemands, des français, des espagnols qui sont là pour fêter l'union de l'air et de l'eau...



Entre air et eau...

Le ronronnement des moteurs à pistons se faisait entendre maintenant depuis plusieurs heures, mais malgré tout c'était toujours une agréable musique, symbole sonore d'une aviation d'un autre temps. Le regard clair de la jeune pilote ne pouvaient s'empêcher de se perdre à l'horizon sur cette océan vert et brun. Le soleil était sur son déclin, et annonçait une belle soirée dorée. Ils volaient en direction du levant, vers l'étape du soir.

Lire la suite