Le PhotoBlog de Stéphane Beilliard

{ Un blog photo d'aviation, de paysage, de ville, en panoramique ou en macro, et même de synthèse. Entre Nouvelle-Zélande et Québec, entre le ciel et la terre, un peu d'écologie ne ferait pas mal non plus. Le Blog de Stéphane Beilliard }

recherche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

novembre 2007

Maitre à bord

Pilote. Dès qu'on prononce ce mot, on a l'imaginaire qui s'emballe, et qui précipite vers la toile blanche de notre pensée les images de Formule 1 ou de pilote de ligne, en uniforme ou en combinaison, devant un avion grand et beau, ou fin et rapide. Un pilote, c'est pour le "commun des mortels" un gars qui conduit un bolide, sur terre ou dans les airs. Un pilote de Formule 1 c'est pratiquement un héros. Un pilote de rallye, c'est pratiquement un fada surhumain. Un pilote de chasse, c'est pratiquement une idole. Un pilote de ligne, c'est pratiquement le gendre idéal.

Ca c'est pour la mythologie. Au quotidien, un pilote (ou une pilote) c'est un homme (ou une femme, donc) pratiquement toujours passionné(e). On ne peut imaginer un pilote de F1 qui fasse ce metier que pour l'attrait du chèque. Un attrait du chèque qui est d'ailleurs bien mince pour un pilote de chasse, ou encore pour un pilote de ligne dans la plupart des compagnies. Il y a des pilotes de brousse pour qui le metier est plutôt un sacerdoce. Et que dire des pilotes de meeting, ceux qui montent, quasiment chaque weekend d'été, dans un Skyraider, un Corsair ou un Vampire, un Spitfire ou un Bücker? La vraie passion du vol elle est là, peut-être. Elle est aussi dans les aéroclubs de France et de Navarre, d'Angleterre et d'Irlande, de Nouvelle-Zélande et de Californie. Elle est aussi dans les hangars des associations qui s'échinent à restaurer quelques machines plus ou moins mythiques, les plus fous arrivant à remettre en état de vol des monstres de métal militaires depuis longtemps mis en retraite paisible...

Lire la suite

Supermarine Reloaded

J'ai déjà parlé de mon projet Supermarine S-6B dans un précédent billet. Le fait que Laurent réalise de magnifiques dessins des machines de courses, et notamment des hydravions de l'époque de la Coupe Schneider m'avait une première fois rappelé que j'avais ça dans un coin... Et puis quelques jours plus tard, Robin, dont les centres d'intérêt sont décidemment bien proches des miens, poste quelques belles photos du Supermarine S-6A qui se trouve dans un musée en Angleterre. Il n'en fallait pas plus pour me redonner envie de ressortir le modèle 3D, quelque peu poussièreux, de son répertoire de disque dur, et de réaliser quelques images "studio" de la bête, pas totalement terminée d'ailleurs.




Réalisation

Le passage du mur du son est un mythe. En tout cas, comme la conquète de l'ouest, l'histoire "à l'américaine" l'a enrobé de sa mythologie. De ses légendes. De ses visions. De ses vérités et de ses mensonges, ou petits arrangements avec les faits. Il n'en demeure pas moins qu'à cette époque existait un véritable esprit conquérant, un esprit pionnier, même une fierté nationale qui mena tout droit à la Lune.

Pour retranscrire une partie de cette épopée du défi du mur du son, j'avais réalisé en 3D une réplique du fameux Bell X-1, l'avion-fusée qui emmena Chuck Yeager par delà Mach1. J'avais même en tête un petit scénario, un storyboard d'une animation complètement numérique mettant en scène le X-1, son porteur un B-29, le désert dans lequel s'étend la base d'Edwards, le ciel bleu sombre... Et puis le temps manque...

Quelle ne fut pas ma surprise, quelques années plus tard, de tomber sur ce film court, pratiquement la réalisation plan pour plan de ce que j'avais en tête... Et quelle réalisation!
On y reconnaitra Keir Dullea, le "Dave" de 2001, l'Odyssée de l'Espace...


A Lonely Sky
envoyé par nickryanfilm

Plus d'angles morts...

Dans la photo panoramique, il y a plusieurs courants. Un peu comme dans la musique électronique. Y a des choix artistiques qui sont faits, des choix techniques. Pour ma part, ce sont les panoramiques "classiques" telle que celui-ci, celui-ci ou celui-là...

Et puis il y a d'autres types de panoramiques, ceux dans lesquels on semble, par l'intermédiaire d'un outil, se plonger, s'immerger. Des pano cylindriques, et le must, des panos sphériques. Il y a des specialistes de ce genre de panoramiques. Il y a par exemple Gilles Vidal, qui produit des pano-reportages saisissants, mais aussi Joel, une maintenant "vieille" connaissance, qui profite de ses déplacements de travail pour nous inviter dans des hotels splendides comme dans des endroits remarquables, tel le Golden Gate Bridge. On trouvera par ici une bien jolie galerie de ses productions. Des panoramiques à 360°, qui donnent le tournis, qui nous transportent en ces lieux. Avec un grand écran, c'est renversant!


Photo (c) Joel Mitard

Dans l'aube des crépuscules.

La flamboyante parure annonce la vaine lutte de chacune de ses infimes parcelles emplies d'un espoir ridicule...


Highlight de la semaine

Un tour en avion, et pas n'importe lequel (bien que ça ne se voit pas!) puisque c'était un Bücker Jungmann, au-dessus de la campagne haute-garonnaise, le long de la Garonne justement...

La Course à la Vitesse

Nous avons célébré (oui, enfin, on en a assez peu entendu parler, finalement) il y a peu les 60 ans du premier passage du mur du son. C'était le 14 octobre 1947. Et c'était avec un avion expérimental, le premier de la série de X-Planes. C'était le X-1. A son bord, Chuck Yeager, devenu par là une légende vivante.

Les avions à réaction apparaissaient à cette époque-là, ou un peu avant. Les allemands en avait mis un en service pendant la guerre, resté célèbre pour ça (et peut-etre aussi pour sa ligne), c'était le Messerschmitt Me262. La réaction permettait d'atteindre ensuite des vitesses supersoniques, ce qui se vérifie encore tous les jours désormais.

Mais avant l'ère de la réaction, c'était l'ère de l'hélice. Et avec une hélice, on a essayé de voir jusqu'à quelle vitesse on pouvait aller. Les avions de la seconde guerre mondiale, tels les Spitfire ou Bf109, étaient rapides, certes pas supersoniques, mais rapides pour l'époque. Et ils le devaient en grande partie aux avancées extraordinaires en terme de moteurs comme d'aérodynamique qui ont été faites pour les courses, pendant l'entre-deux guerres. Les courses de vitesse comme la Coupe Schneider ou la Coupe Deutsch opposaient pacifiquement les nations aéronautiques de l'époque, principalement la France, le Royaume-Uni, l'Italie et les Etats-Unis. Ainsi, au début de la Coupe Schneider, la vitesse moyenne du premier gagnant, en 1913, était de 70km/h. A la fin, en 1931, le Supermarine S6B atteignait 540km/h de moyenne! Les avions de bois et toiles avaient cédés face aux avions profilés de métal, au dessin pur et élégant. On notera que les italiens, avec les Macchi, iront hors compétition encore plus vite (700km/h), avec une machine d'une rare beauté, le MC72...

J'avais commencé il y a quelque temps de cela maintenant, à reproduire en images 3D ces avions d'une autre époque. Le projet Supermarine S6B est quasiment terminé, le MC72 est en cours... (les finirai-je un jour?). Romain Hugault lui, en dessine dans sa BD "Au delà des nuages". De magnifiques spécimen de chez Caudron s'y trouvent... Et enfin, on trouve le Blog SpeedBirds, dont l'auteur, au style très "designer" (il l'est!), est amateur également de belles mécaniques qui vont vite. On peut donc y voir du Savoia, du Curtiss, du Caudron, du Macchi, du Supermarine. Une dejà belle collection qui s'étoffe de jour en jour qui mérite le coup d'oeil!

Jolie Emilie

Une voix fragile. Un joli minois. Et un talent bien plus grand que sa frêle et belle silhouette. Emilie Simon chante et enchante. Elle accompagnait les manchots en Antarctique avec sa bande son étonnante pour "La Marche de l'Empereur", le documentaire conquérant du monde qui l'a probablement fait connaitre au plus grand nombre. Profitant d'une offre spéciale, j'ai pu découvrir récemment ses deux albums, le premier et "Végétal". Deux belles galettes de sonorités déroutantes mais si bien arrangées avec une dextérité qu'on pourra, en compliment, comparer à celle de Björk... Peut-être Emilie est-elle notre Björk française, probablement moins torturée et caractérielle, cependant!

Magnifiques textes la plupart du temps, avec une agréable structure et thématique dans "Végétal", toujours rapportée au moins par un mot à la flore du monde. Un brin de muguet, un pétale de rose, des bras de lierre ou une fleur de saison... Cette fraiche fleur, éclose et radieuse, a été reconnue par quelques prix, dont des Victoires de la Musique, un pour chacun de ses albums. Elle parvient, par quelques tours de magie numérique, à transformer des clapotis mouillés ou des crépitement de braises en rythmiques, sur lesquelles elle développe des arpèges électroniques et des accords d'instruments classiques, pour couronner le tout de sa voix fragile...

Dans le rétroviseur

Quelques images bonus de cette année de meetings aériens...



Pub Delta Airlines

Si vous avez déjà pris assez souvent l'avion, ou même le train, il y a fort à parier que vous avez rencontré une de ces situations! ;o)